Appelez
+230 4020153
Actualités
  • #Ambre
  • #Experience

Une journée à Ambre île Maurice, avec Rajen Canniah

May 30 2018

Situé le long d’une des plus belles étendues de plage de la côte est sauvage, l’hôtel Ambre île Maurice est un havre tropical pour les voyageurs en quête de vacances relaxantes au paradis. Superbe quatre étoiles tout inclus, pour adultes seulement, il se démarque par son architecture ouverte, sa vie nocturne trépidante, sa cuisine exquise, son environnement aux couleurs vives et son programme d’activités quotidien exaltant. Cependant, une autre caractéristique incontournable incite les clients du monde entier à revenir encore et encore à Ambre, après un premier séjour : son impeccable service signature et les personnes qui l’assurent. 

Ambre


Les associés (terme utilisé pour désigner les membres du personnel) de l’établissement sont fiers de pouvoir œuvrer au quotidien dans un seul but : surpasser les attentes des clients. Leur vœu le plus cher est qu’ils aient un séjour exceptionnel, qui restera gravé dans leur mémoire. Chacun des associés d’Ambre a un rôle à jouer par rapport à la qualité du service offert et ils ont tous des anecdotes à raconter sur les étapes de leur parcours professionnel. Selon le poste qu’ils occupent, les associés de l’hôtel vivent, par ailleurs, des journées types, avec un emploi du temps et des responsabilités bien distincts.

Afin d’en savoir davantage sur la vie des associés d’Ambre, nous avons rencontré Rajen Canniah, Executive Assistant Manager (directeur exécutif adjoint – DEA) de l’hôtel. Il revient sur sa carrière dans l’industrie hôtelière et nous raconte en quoi consiste sa routine journalière quand il est en poste :

Vie personnelle, éducation et carrière 

Lorsqu’on rencontre Rajen Canniah pour la première fois, un détail frappe d’emblée :  sa bonne humeur. Doté d’une personnalité solaire, il incarne ainsi à merveille la philosophie d’Ambre île Maurice, soit : « The light side of life » (Du côté lumineux de la vie). Ayant acquis le prestigieux titre de directeur exécutif adjoint (DEA) d’Ambre, l’associé de 65 ans est aussi Sun Resorts Corporate Trainer. Il agit donc comme formateur en interne pour le compte du groupe hôtelier. C’est dire si l’homme a du pain sur la planche ! 

Toutefois, en dépit de ses nombreuses responsabilités, Rajen Canniah ne néglige pas sa vie personnelle. Étant donné qu’il réside à Mont Ida, une localité proche du centre de l’île, cela lui prend entre 25 et 30 minutes tous les matins pour arriver à Belle-Mare, sur la route côtière de Palmar, là où se trouve Ambre. Avant de se rendre au travail et dans ses moments de loisir, il aime passer du temps avec son épouse qui, confie-t-il, adore les plats végétariens pour leur saveur et leur valeur nutritive. De leur union est née une fille, maintenant établie à l’étranger et elle-même mère de deux enfants. Quand il n’est pas en poste, le professionnel dispute aussi, de temps en temps, des parties de tennis, sport qu’il affectionne particulièrement.

Rajen Canniah termine ses études secondaires à 16 ans et peu après, trouve de l’emploi comme apprenti dans un laboratoire photographique. Il se rend vite compte, néanmoins, que  ce poste ne lui offre pas vraiment de perspectives de progression et en conséquence, décide d’intégrer plutôt l’École hôtelière de l’île Maurice (devenue École hôtelière Sir Gaëtan Duval)  qui venait d’ouvrir ses portes. Nous sommes alors au début des années 70 et à ce moment-là, le tourisme n’était pas encore un pilier de l’économie mauricienne, à laquelle il contribue désormais massivement. Il est clair que Rajen Canniah et ses camarades de classe avaient  une longueur d’avance.

Pendant ses études à l’École hôtelière, Rajen Canniah occupe, en parallèle, différents métiers dont celui d’aide-serveur dans un restaurant renommé de la capitale : Lai-Min. Peu après, Le Chaland, aujourd’hui connu comme Shandrani Beachcomber Resort & Spa, l’embauche comme réceptionniste stagiaire. À ce stade, notre interlocuteur ouvre une parenthèse pour nous raconter une anecdote : dans les années 70, fait-il ressortir, il était très difficile de trouver un moyen de transport afin d’arriver au Chaland, sur le littoral sud-est du pays. Une occasion pour le jeune homme de développer son sens de l’initiative. Il lui est ainsi arrivé de parcourir cette distance en camion et même parfois à bord d’un rouleau compresseur !

À partir du moment où il a débuté dans l’hôtellerie, Rajen Canniah n’a eu de cesse de multiplier les expériences professionnelles pour se perfectionner. Outre Le Chaland, il a travaillé comme réceptionniste stagiaire dans plusieurs autres hôtels réputés : Le Paradis, Park Hotel, Le Morne Brabant, Trou aux Biches Hotel, entre autres.

Après avoir obtenu son Certificat d’aptitude professionnelle à l’École hôtelière, Rajen Canniah postule un emploi au Saint Géran, établissement nouvellement apparu dans le paysage hôtelier local. Sa carrière devait alors prendre une tournure favorable puisque, en plus de l’embaucher, Le Saint Géran le promeut Front Desk Manager (chef de réception) en 1977. Cette opportunité est une formidable source de motivation pour le professionnel qui demeurera au service du cinq étoiles de l’est durant 25 ans.  

Animé d’une passion inaltérable pour l’industrie hôtelière, Rajen Canniah contribuera de différentes façons à l’amélioration du service au Saint Géran. C’est sous son impulsion, par exemple, que l’établissement se met à offrir à sa clientèle un accueil personnalisé ou une boisson de bienvenue, et bien plus encore. Selon le professionnel, les changements qu’il a aidé à apporter au cours de ses années de service au Saint Géran, tant au niveau de l’accueil qu’à celui des processus d’administration, sont partie prenante de l’évolution fabuleuse du cinq étoiles : d’un nouvel hôtel inconnu au début de ses opérations, il est devenu l’un des plus prisés de l’île Maurice. Rajen Canniah peut être considéré, en sus, comme l’un des bâtisseurs de la légendaire hospitalité mauricienne, unique en son genre. 

Durant son temps de service au Saint Géran, Rajen Canniah a fait de belles rencontres avec nombre de célébrités de passage à l’hôtel. Il cite, pêle-mêle, les acteurs de Bollywood Shah Rukh Khan, Vinod Khanna et Sridevi, ainsi que des personnalités françaises du show-biz telles que Johnny Hallyday, Gérard Depardieu ou Catherine Deneuve, ou encore la princesse Stéphanie de Monaco. L’hôtel a également accueilli des équipes de football connues dont Aston Villa et le Paris Saint Germain, évoque-t-il.

Quand il quitte le Saint Géran, Rajen Canniah participe au développement du Touessrok et de La Pirogue. Il est ensuite nommé DEA au Coco Beach. L’établissement, remplacé depuis par le Long Beach, se trouvait sur la côte est. Fait intéressant, le Coco Beach était un des premiers hôtels de l’île Maurice à accueillir, outre des étrangers, une clientèle locale, en proposant à son intention des tarifs plus accessibles. Dans le même temps, Rajen Canniah poursuit des études à l’École hôtelière de Lausanne, en Suisse. L’institution, qui figure parmi les meilleures écoles hôtelières au monde, tient en estime le professionnel mauricien. Pour preuve, elle lui a demandé de la représenter à plusieurs reprises, même après ses études. Rajen Canniah consacrera environ trois ans au projet consistant à démolir le Coco Beach pour bâtir le Long Beach. Il intégrera ensuite Ambre île Maurice en tant que DEA.

Le quotidien du directeur exécutif adjoint

Ambre


Une journée de travail type pour Rajen Canniah dure environ 10 heures, voire plus. Comme il n’y a pas de directeur général titulaire à Ambre île Maurice depuis 11 mois, il assume les responsabilités qui incombent à cette fonction en plus des siennes. Cela l’amène à assister à des réunions au siège du groupe Sun Resorts, à Ébène et à d’autres événements importants. 

À 4 h 30, le DEA se lève et se prépare à entamer la journée. Son rituel matinal comprend une tasse de café et un brin de causette avec son épouse. Puis, départ à 7 heures et arrivée à Ambre à 7 h 30. Rajen Canniah fait alors le planning du jour présent mais aussi du suivant, en fonction des événements de la veille. Il se prépare également en vue de la réunion des chefs de département qui se tient de 8 h 15 à 9 h 15 chaque jour.

À 9 h 30, la réunion terminée, Rajen Canniah passe environ une heure hors de son bureau afin de s’assurer que tout fonctionne comme il faut dans les différentes parties de l’hôtel. Un style de management qu’il appelle, en plaisantant :  « le management façon promenade ». Tandis qu’il parcourt l’établissement à pied, il rencontre employés et clients, ce qui lui permet de s’enquérir, auprès des premiers, des besoins infrastructuraux ou autres et auprès des seconds, de leur ressenti. 

À 10 h 30, le DEA retrouve son bureau et les questions administratives qu’il doit gérer par ordre de priorité. À 13 h 30, C’est l’heure de sa pause déjeuner : au restaurant Coeur d’Ambre, réservé aux associés, il retrouve des membres de l’équipe et se renseigne auprès d’eux à propos de leurs éventuels besoins. 

À 14 h 30, c’est dans le hall d’entrée que se poste Rajen Canniah : il tient à accueillir en personne les clients qui ont choisi Ambre île Maurice. Pour d’autres clients, l’heure du départ a sonné. Le DEA ne manque pas de leur demander ce qui leur a plu durant leur séjour, voire ce qui pourrait être amélioré, avant de les inviter à revenir une prochaine fois. S’il en a le temps, il n’est pas rare, par ailleurs, qu’il visite certaines chambres pour vérifier que l’entretien et le ménage sont irréprochables.  

Entre 20 h 30 et 21 h 30, Rajen Canniah rentre enfin chez lui, à Mont Ida, après une journée bien remplie, dont les activités varient au besoin. Quand il regagne son domicile, il dîne en compagnie de son épouse. Ensuite, il prend des nouvelles de leur fille et de sa famille. Le reste de la soirée, il parle avec sa tendre moitié de sujets divers : les achats domestiques à faire et leurs engagements personnels, entre autres. 

C’est ainsi que se déroulent les journées du DEA d’Ambre île Maurice. Et lorsqu’arrive le moment de se coucher, l’homme, travailleur et fiable, n’oublie jamais de poser à côté de lui son téléphone portable, au cas où on aurait besoin de lui d’urgence. Une illustration supplémentaire du professionnalisme à toute épreuve de cet associé d’Ambre Mauritius. 


 

Related News Block in Content

Actualités liées